top of page
  • Annamel

Les nouvelles chroniques d'Annamel : Voeux




Ma carte de vœux ci-dessus est issue d’un logiciel de comptage de mots. Je lui ai confié le texte de mes chroniques de l’année 2021 afin qu’il m’indique mes mots favoris de cette période singulière. Je les ai agencés ensuite en un nuage de mots qui représente les couleurs de mon année passée.

J’aime assez que Petit Boubou soit au centre. Je note que « grave » et « rien » occupent une bonne place et que « écrire » n’est pas loin de « fertile ».


Mais adieu donc aux mots de 2021 et bienvenus aux mots de 2022 ! Ou plutôt aux chiffres ? Cette année qui s’ouvre est une année particulière pour moi. C’est une année en 2. Une année comptable. Petit Boubou junior, le frère de Petit Boubou (en préparation), mon fils cadet et moi passons un cap. Trois générations à 30 ans d’écart chacune. Dit comme ça, ça cogne un peu. Mon nuage de mots de cette année sera-t-il un nuage de chiffres ?

Certes, l’âge n’est qu’un chiffre, dit-on. Un chiffre de plus en plus gros quand même.

Il y a d’autres chiffres que je préfèrerais voir grossir cette année : pêlemêle, le nombre de fraises des bois dans mon potager, le nombre de contrats réalisés par Annamel, le nombre de kilomètres sur mon vélo, le nombre de voyages, fêtes, rencontres, livres…, le nombre de contrats réalisés par Annamel, le nombre de contrats, le nombre de …


Bonne année donc, de chiffres et de lettres !


Post scriptum qui n’a rien à voir mais quand même : Annamel diversifie son activité et propose, à partir du printemps, en plus des cours de cuisine, des stages d’écriture par zoom, mails et en présentiel. Surveillez donc le site Annamel-cooking.com et son nouvel onglet « stages » dans lequel le programme sera annoncé.

En projet aussi pour cette année, le tome 2 du livre de recettes secrètes d’Annamel (il reste quelques exemplaires du tome 1 pour ceux qui auraient raté la sortie !).

N’hésitez pas à faire suivre, liker, partager, forwarder…ma petite entreprise ne marche que par le bouche à oreille.


94 vues
bottom of page